Centre Pierre Boogaerts

PIERRE BOOGAERTS

Pierre BoogaertsNé en Belgique en 1946, Pierre Boogaerts émigre au Canada en 1972. Formé au dessin et à la peinture, il s’est fait connaître par son travail photographique. Il s'installe à Montréal en 73, fait de longs séjours à New York et travaille la photographie sans être photographe. C’est le regard photographique et le « réel » subjectif qu’il questionne. Il découvre l’omniprésence de ce regard, non seulement dans toutes les expressions artistiques, mais dans la pensée même. La beauté plastique de ses travaux photographiques couleur — souvent de très grands formats, composés parfois de centaines de photographies — est d’autant plus troublante qu’elle est un éloge empoisonné de la vision que la photographie porte sur le monde. Dans les années 1970 et 1980, de nombreuses galeries et musées au Canada, en Europe et à New York lui consacrent des expositions personnelles.

En 1981, à 35 ans, il rencontre Vlady Stévanovitch, « un des plus subtils Maîtres du monde occidental » (Rinnie Tang, présidente de l’association France-Chine et conservatrice en chef au Musée de L’Homme à Paris) qui lui fait découvrir des techniques millénaires concernant le Chi, l'énergie vitale. C’est au moment où Pierre Boogaerts avait conclu à l’impossibilité de porter un autre regard que « photographique » sur le monde que ce Maître de « Chi » lui donnera des outils différents afin de poursuivre son questionnement sur le regard.

Dès 1985, il aidera son épouse, Nicole Renson, à fonder à Montréal le premier centre de Tai Ji Quan qui diffuse l’enseignement de Vlady Stévanovitch au Québec.

Après 10 ans de travail régulier avec Vlady, il choisit de mettre fin à sa carrière artistique pour se consacrer exclusivement au travail sur le Chi, sa mobilisation, et ses effets de transformation sur l'être dans son ensemble. Il fait don de l'ensemble de son oeuvre photographique au Musée canadien de la photographie contemporaine à Ottawa (Musée des Beaux-Arts du Canada). Il retrouve Vlady au Portugal où, durant quatre ans, il travaille à ses côtés, l'assiste dans la formation des professeurs et participe à la fondation du premier Centre international de l'École de la Voie intérieure.

En 1995, V. Stévanovitch lui reconnaît la qualité de Maître de Chi et de Tai Ji Quan. Il est un des cinq formateurs de l'École dont il est le responsable au Québec.

En 1998, avec l'aide de dizaines d'amis(es) d'Europe et du Québec, il fonde le Centre Pierre Boogaerts, à Ulverton, en Estrie. Il se consacre entièrement au travail sur le Chi, à la transmission et à la formation des professeurs de l’École internationale de la Voie intérieure. Il dirige aussi de nombreux stages ouverts à tous, notamment aux professionnels de la santé et du mieux-être (acupuncteurs, ostéopathes, pratiquant de divers arts orientaux, enseignants, artistes…). Chacun vient chercher dans l’Art du Chi de nouvelles approches de l’équilibre et de la santé globale et explorer une transformation du regard et de l’expérience sur le réel et le vivant.

« Je voudrais parler de l’aveuglement de la vision. De l’aveuglement de la photo. De l’aveuglement de l’image. Rapprocher le regard d’une éclipse. » (revue Parachute, Montréal 1990)

« Aujourd’hui, il n’y a plus de pinceaux, plus d’appareil photo, plus de production d’objets. Je cherche à être présent avant le regard… » (rétrospective, Musée des Beaux-Arts, Ottawa 2002)

« Le Chi nous permet de remonter consciemment le cours de nos sens, d’aller à l’envers de nos sens qui sont tous orientés vers l’extérieur. Aller vers l’intérieur, vers la source de nos sens, c’est assister à la déconstruction de la réalité. » (revue Au naturel, Montréal, 2009)

 

Aller à la page suivante

Copyright © Ecole de la Voie intérieure - 2013
Facebook Art du Chi Québec