Centre Pierre Boogaerts

LE TAI JI QUAN DE LA VOIE INTÉRIEURE
LA VOIE INTÉRIEURE PAR LE TRAVAIL CORPOREL

La pratique des techniques de manipulation du Chi ne va pas sans la recherche du mouvement juste. Aussi il est tout aussi illusoire de pratiquer le Tai Ji Quan sans le support du Chi que de pratiquer les techniques de Chi sans les appliquer dans le mouvement.
Défendre sa vie, telle a été la préoccupation de ceux qui ont créé et développé les arts martiaux. Mais en Extrême-Orient, la recherche dans ce domaine a été beaucoup plus loin. Le Tai Ji Quan est un des aboutissements de cette recherche. Celui que nous pratiquons dans l’École est de style Yang (transmis par la famille Yang).

Le Tai Ji Quan de la Voie intérieure est un outil remarquable. Ses mouvements d'origine martiale ont conservé la logique et l'aisance du corps. Si, pour nous, leur efficacité martiale n'a plus aucun intérêt, leur efficacité énergétique par contre, est un véritable trésor qui nous permet peu à peu de libérer le corps de ses contraintes et de retrouver la vraie spontanéité.

« Le Tai Ji Quan pour la santé et la beauté, c'est là le titre du livre de Yang Ming-shi, descendant direct des Yang qui ont donné leur nom au style le plus répandu dans le monde. Cette aspiration n'est pas du tout futile, comme on pourrait le croire en Occident où la recherche spirituelle a toujours été faite au mépris du corps. Au contraire, la santé du corps est la condition première dans notre recherche. Quant à la beauté, c'est peut-être le critère le plus sûr du progrès accompli. Quelqu'un qui réalise une posture juste est beau, au-delà de toute comparaison. »

« Le Tai Ji Quan est l'oeuvre des Maîtres du Chan - le Zen, en japonais. Leur attitude fondamentale était le rejet de toutes les écritures, de toutes les idéologies, de toute formulation verbale. Voudrait-on faire mieux qu'eux? Dire ce qu'ils n'ont pas dit? Expliquer ce qu'ils n'ont pas expliqué? »

« Ne craignons pas d'aborder la pratique du Tai Ji Quan sans connaître l'ancienne civilisation chinoise. Ce n'est pas vrai que sans la connaissance de la règle des cinq éléments et de je ne sais quel Ying et Yang, on ne peut vraiment comprendre le Tai Ji Quan. Il n'y a rien à comprendre dans le Tai Ji Quan. C'est ça qu'il faut comprendre. L'essentiel est ailleurs. Le Tai Ji Quan est l'art du mouvement transcendant. Tout ce qu'on peut en dire n'est que du bla-bla-bla. »
 La Voie du Tai Ji Quan>, de V. Stévanovitch

Vlady Stévanovitch

 

Aller à la page suivante

Copyright © Ecole de la Voie intérieure - 2013
Facebook Art du Chi Québec