Centre Pierre Boogaerts

LE TAI JI QUAN
DANS L'OPTIQUE DE LA VOIE INTÉRIEURE par Vlady Stévanovitch

Dans la vaste panoplie des arts martiaux chinois, le Tai Ji Quan figure parmi les arts de combat de la Voie interne, Nei Chia.

Il est difficile de définir les arts martiaux d'Extrême-Orient en termes intelligibles pour un Occidental. Il faut pour cela simplifier à l'extrême et ne point tenir compte de ce qu'est en fait une Voie en Orient, de ce qu'est l'engagement inconditionnel de toute une vie dans une recherche de l'inexprimable, par la pratique de disciplines aussi inattendues que la calligraphie, le sabre, le dessin ou le combat à mains nues. Il faut ignorer ce qu'est la transmission de Maître à élève, ce qu'est l'enseignement par l'exemple en l'absence totale de toute instruction écrite. La confiance absolue, le dévouement, l'oubli de soi...

On pourrait dire alors en réduisant tout à des dimensions bien loin de l'essentiel, que la Voie externe, Wai Chia, est celle de la recherche de l'efficacité à tout prix par l'étude et le perfectionnement des techniques de combat élaborées, durant des siècles par les Maîtres du passé. Le but immédiat étant la maîtrise de l'adversaire.

Dans ce contexte-là, la Voie interne est celle de l'intégration dans l'ordre de la nature, c'est le Wou Wei, le non-agir. C'est la Voie de la confiance à la réaction spontanée longuement préparée par un travail de libération intérieure, du vide mental, du vide de toute tension et de toute intention. C'est la Voie du non-affrontement. Le but étant la maîtrise de soi.


Aller à la page suivante

Copyright © Ecole de la Voie intérieure - 2013
Facebook Art du Chi Québec